fbpx

Archive de l’étiquette Opensource

Paradmin

Windows Microsoft a fait la guerre à l’open source

Steven Sinofsky, ancien chef de la division Windows, a récemment pris la défense de la guerre qu’a livré Microsoft contre l’open source dans les années 1990 et au début des années 2000. L’ancien dirigeant de Windows s’est lancé dans une série de tweets en réponse à des informations sur le président et conseiller juridique en chef de Microsoft, Brad Smith, qui a admis que l’attaque de son entreprise contre l’open source l’avait placée du « mauvais côté de l’histoire ».

Pour rappel, cette guerre peut se résumer dans la citation, désormais célèbre, de l’ancien PDG de Microsoft, Steve Ballmer, qui avait qualifié Linux de « cancer » en 2001, alors même que le cofondateur de Microsoft, Bill Gates, regrettait que la GPL (GNU – General Public License) engloutissait les logiciels propriétaires comme Pac-Man.

Les hostilités ont pris fin des années plus tard. Après que Microsoft ait porté SQL Server sur Linux, Ballmer a en effet déclaré qu’il ne voyait plus Linux comme un cancer, tout en maintenant que son analogie était juste pour l’époque et que le fait d’entrer en guerre avec l’open source a fait entrer Microsoft dans une nouvelle dimension.

Retour dans le passé

Brad Smith, un des meilleurs avocats de Microsoft pendant la guerre contre l’open source, a admis que la société avait tort mais a dit qu’elle avait maintenant changé, en soulignant son acquisition de GitHub et les activités open source de la société sur le site de partage de code. Aujourd’hui, Steven Sinofsky, qui a publié un nouveau livre détaillant les problèmes antitrust et de sécurité de Microsoft pendant ses années de supervision de Windows et Office, a tenté de mettre en contexte la nouvelle attitude de Microsoft et son ancien antagonisme à l’égard de l’open source.

Aujourd’hui, Microsoft a adopté l’open source alors que son attention se déplace des PC Windows vers Azure et Office dans le Cloud. Mais l’ancien dirigeant expose les raisons pour lesquelles l’approche de Microsoft à l’époque était compréhensible – et comment son modèle a été bouleversé par le Software-as-a-Service en 1999-2000, auquel Linux était mieux adapté que Windows, et plus tard par l’infrastructure de Google.

La défense de Microsoft par Steven Sinofsky étoffe l’explication de Bill Gates sur la GPL en 2001, selon laquelle elle « rend impossible pour une société commerciale d’utiliser ou de développer un de ces travaux. Microsoft a été fondée sur le principe que le logiciel était une propriété intellectuelle », dit Sinofsky, en faisant des distinctions entre les différentes approches du logiciel et du matériel adoptées par Microsoft, IBM, Google et Apple.

Une juste rémunération

Il évoque le langage de programmation BASIC et l’interprète Altair BASIC, premier produit de Bill Gates et de Paul Allen, cofondateur de Microsoft, qu’ils ont créé dans les années 1970 pour permettre aux amateurs de programmer sur du métal nu. Soit dit en passant, Microsoft a mis en ligne la semaine dernière l’interpréteur GW-BASIC de 1983 en tant qu’artefact logiciel historique.

« Les temps étaient différents quand Microsoft a commencé », écrit Steven Sinofsky. « Il n’y avait pas de distribution en réseau. En fait, la distribution de logiciels coûtait de l’argent (COGS) », dit-il, faisant référence au coût supplémentaire de la distribution de logiciels par rapport à la façon dont Google distribue ses logiciels adossés à la publicité dans le Cloud, à la façon dont Apple lie ses logiciels au matériel et à la façon dont IBM a couplé ses logiciels à des honoraires de consultants.

Au tout début de Microsoft, Gates et Allen s’adressaient aux amateurs qui achetaient du matériel de bricolage, un peu comme les développeurs d’aujourd’hui qui achètent Raspberry Pi et des ordinateurs monocarte similaires qui fonctionnent avec des systèmes d’exploitation libres basés sur Linux. « Les amateurs ont adoré. Ils l’aimaient tellement qu’ils étaient prêts à s’envoyer des cassettes (en papier) gratuitement », résume l’ancien dirigeant de Windows.

Une déclaration de guerre

En 1976, Gates a écrit une lettre de colère aux amateurs d’informatique, les accusant d’avoir volé Altair BASIC et se plaignant que les revendeurs de ce produit gagnaient de l’argent alors que Microsoft n’en gagnait pas. « Le matériel doit être payé, mais les logiciels sont quelque chose à partager. Qui se soucie que les personnes qui y ont travaillé soient payées ? » écrit alors le futur philanthrope, qui rêvait alors que Microsoft devienne rentable.

« Quel amateur peut mettre trois années-homme à programmer, à trouver tous les bugs, à documenter son produit et à le distribuer gratuitement ? Le fait est que personne d’autre que nous n’a investi beaucoup d’argent dans les logiciels de loisir. Nous avons écrit 6 900 BASIC, et nous écrivons 8 080 APL et 6 800 APL, mais il y a très peu d’intérêt à rendre ce logiciel disponible pour les amateurs. La chose la plus directe que vous faites est le vol », accuse-t-il.

Steven Sinofsky soutient que là où les logiciels libres et open source (FOSS) ont le plus frappé Microsoft, c’est sur le serveur Linux. « D’abord, Linux a juste fait un tas de choses sur Internet que WinNT n’a pas fait (et selon presque tous les témoignages, ne le fait toujours pas). Il coûtait moins cher à faire fonctionner et était mieux dimensionné », écrit-il. « Dans une certaine mesure, les clients des entreprises ne se sont pas concentrés sur les coûts, mais ont préféré avoir le soutien d’une entreprise pour traiter avec eux. Cela explique l’essor des serveurs Windows d’entreprise à partir de 2000. Les clients ont essentiellement déclaré que s’ils allaient « installer » des logiciels sur des « serveurs », ils préféraient payer. »

Rappelons que, par la suite, Google a commencé à utiliser du code source ouvert dans ses propres centres de données sans jamais redistribuer les données.

Source : ZDNet.com

Paradmin

Les eurodéputés votent un amendement en faveur du logiciel libre

Open Source : Le Parlement européen recommande que tout logiciel développé pour lui soit mis sous licence libre.

Parmi les motifs du déménagement de la fondation Eclipse, qui quitte les Etats-Unis pour s’installer à Bruxelles, il y a le sentiment que «l’Europe aime beaucoup, et de plus en plus, l’open source», nous expliquait récemment Gaël Blondelle, qui dirige l’équipe européenne de la fondation. Et cela tant côté entreprises qu’institutions, d’où le choix de la capitale de l’Union.

 publicité 

«Valeur ajoutée des logiciels libres et ouverts»

Ce soutien au Libre se vérifie, dans le secteur public, par la résolution qu’a votée le 15 mai le Parlement européen, dans un rapport de décharge budgétaire, vote rapporté sur Linuxfr par Stéfane Fermigier (coprésident du CNLL, Union des Entreprises du Logiciel Libre et du Numérique Ouvert).

Le texte adopté par les eurodéputés recommande «vivement» de libérer tout logiciel développé pour le Parlement. Il est indiqué (point 49 de la résolution):

[Le Parlement] «reconnaît la valeur ajoutée que les logiciels libres et ouverts peuvent apporter au Parlement; souligne en particulier leur rôle dans l’amélioration de la transparence et dans la prévention des effets de blocage des fournisseurs; reconnaît également leur potentiel en matière d’amélioration de la sécurité étant donné qu’ils permettent de relever et de corriger les faiblesses; recommande vivement que tout logiciel développé pour l’institution soit rendu public sous licence de logiciel libre et ouvert.»

Open data et réseaux sociaux open source

Juste avant, le même texte (point 48) prône l’open data avec des formats ouverts:

[Le parlement] «reconnaît que la production de données publiques sous un format ouvert, lisible par machine, facilement accessible et réutilisable offre de grandes possibilités tant pour la transparence envers le public que pour l’innovation ; salue les initiatives en cours visant à créer et à convertir une partie de ses données qui revêtent un intérêt pour le public sous ce format ; souligne la nécessité d’adopter une approche plus conviviale, systématique et coordonnée pour de telles initiatives, dans le cadre d’une politique bien définie des données ouvertes du Parlement.»

Le point 79 de la résolution prône quant à lui l’usage de réseaux sociaux open source et auto-hébergés:

Le Parlement «prend acte en outre de l’amélioration substantielle de l’utilisation des réseaux sociaux par le Parlement et encourage en outre l’utilisation de plateformes de réseaux sociaux open source gratuites et auto-hébergées, qui accordent une attention particulière à la protection des données des utilisateurs; prend acte par ailleurs des actions destinées à informer des activités de l’Union et prie instamment le Parlement d’intensifier ses activités sur les réseaux sociaux afin de diffuser les résultats de ses travaux auprès des citoyens de l’Union.»

Stéfane Fermigier précise que c’est l’eurodéputé tchèque et vice-président du Parlement européen Marcel Kolaja, du Parti pirate européen, qui est à l’origine de ces amendements.

Sources

%d blogueurs aiment cette page :